Groupes de travail de l'AE




Le principe retenu par l’AE pour ses ateliers et groupes de travail participatifs est de s’en remettre le plus largement possible aux participants, novices ou experts, attirés par la réflexion proposée. En évitant tout travail de digestion ou de cadrage préalables, et en laissant ouverte la durée de la démarche de réflexion, notre intention est de valoriser l’échange, l’auto-responsabilisation et la formation mutuelle pour faire émerger les réponses aux questions posées. 

Réflexion participative "métamorphOSONS !"

En 2009, des groupes de travail de l'AE ont établi 140 recommandations pour l’écoquartier des Plaines-du-Loup à Lausanne, qui ont été intégrées au cahier des charges du concours d’urbanisme. Ces recommandations ont fait l'objet d'une publication, métamorphOSONS! - Recommandations urbanistiques de l’Association écoquartier, constituant un outil concret destiné à tout projet d’écoquartier ou de réaménagement de quartier existant.

Réflexion participative "Critères d'attribution des lots"

Dans une perspective analogue, de septembre 2011 et mai 2012 l'AE a proposé une démarche participative au terme de laquelle de nouveaux groupes de travail ont défini des critères pour l’attribution des lots (terrains) dans le cadre de projets d’écoquartiers. En effet, la définition d’un projet urbanistique de qualité ne suffit pas pour aboutir à un écoquartier digne de ce nom. Il faut encore faire en sorte que chaque réalisation soit de qualité et participe à la réussite de l’ensemble du quartier. Le choix des investisseurs et de leurs projets de construction est donc déterminant - ce pourquoi des recommandations pour l'attribution des lots sont indispensable.

La réflexion menée en la matière a permis à l'AE de réaliser une publication spécifique, Construisons ensemble - Recommandations et critères d’attribution des terrains pour la réalisation d’un écoquartier, destinée aussi bien aux investisseurs qu'aux propriétaires fonciers et collectivités publiques. 

*Dans l'exemple de l'écoquartier des Plaines-du-Loup, l’ensemble du projet est divisé par lots sur la base du plan d'urbanisme établi. Chaque lot fait ensuite l’objet d’un appel d’offres aux investisseurs (coopératives et autres investisseurs institutionnels ou privés) qui, une fois leur lot attribué, peuvent passer à la phase architecturale. Un lot peut par exemple représenter une "tranche" d'un bâtiment continu, comme dans les écoquartiers de Vauban et Tübingen (D).

Réflexion participative "Charte de quartier"

En matière de charte de quartier, les questions de l'AE étaient très générales: pour quels enjeux est-il intéressant d’y recourir, qu’implique une charte pour les acteurs, comment l’élaborer et comment la mettre en pratique. La réflexion participative, lancée en automne 2013, se prolongea jusqu'en 2015. Le travail, en effet, se révéla complexe.

Les groupes de réflexion durent préciser comment cerner la problématique pour anticiper des situations très variables et pour tenir compte de parties prenantes aux intérêts différents, voire divergents. Il fallut ensuite penser les enjeux, non en termes de contraintes à imposer, mais comme des mesures et buts aptes à susciter l'adhésion volontaire des acteurs – les retombées escomptées devant, au bout du compte, être positives pour chacun d'eux comme pour le quartier. Un autre défi fut également de se mettre, autant que possible, «dans la peau» des acteurs non représentés au sein des groupes de réflexion, afin de comprendre les positions contrastées pouvant être les leurs.

En mai 2015, la démarche a abouti à une troisième publication de l'AE: VIVONS ENSEMBLE! De la charte à la gouvernance de quartier. Le but de l'ouvrage est d'être un outil d’aide à l’élaboration et à la mise en œuvre d’une charte d’[éco]quartier.